sexta-feira, 11 de fevereiro de 2011

THIERRY GUEORGIOU: "C'EST EN HIVER Q'ON GAGNE LES MÉDAILLES DE L'ÉTÉ"




Sept médailles d'or aux Championnats du Monde de Course d'Orientation Pédestre – six sur la Distance Moyènne – l'ont donné le titre de “Roi”. Thierry Gueorgiou, le numéro 1 du 'ranking' mondiale, est venu au Portugal, où il conquit le I Meeting de Orientação de Gouveia. Quand il va commencer une saison pleine de choses a jouer – au mois d'Août se dispute en France le Championnat du Monde –, c'est important de entendre le grand seigneur de l'Orientation mondiale.


Orientovar – C’est bon de vous recontrer de nouveau au Portugal, avec ce soleil magnifique et dans un endroit très sympatique pour faire de la course d’Orientation. Pouvez-vous m'en parler un peu?

Thierry Gueorgiou – Oui, effectivement c’est la première fois que je viens dans ce secteur du Portugal, et j’ai été à nouveau surpris par la qualité des terrains. J’étais venu en 2007 au Portugal O’ Meeting, à S. Pedro do Sul. C’était pas très loin d’ici. Hier, et même aujourd’hui, c’était vraiment bon. C’est haut, donc c’était vraiment sympa. Puis, hier on est montés jusqu’à Penhas Douradas au sommet du Portugal, et j’étais vraiment surpris de trouver des terrains de si bonne qualité.

Orientovar – C’est très important pour votre préparation, cette pré-saison?

Thierry Gueorgiou – En effet, c’est en hiver q’on gagne les médailles de l’été. Donc, c’est maintenant qu’il faut faire beaucoup de kilomètres, faire beaucoup de courses d’Orientation. Ça fait une semaine qu’on est en stage ici, c’est déjà la deuxième fois que je viens au Portugal cet hiver, je pense qu’on reviendra encore avec mon club finlandais pour le Portugal O’ Meeting, donc je viens très souvent au Portugal.


Tant que la carte est bonne, ça ne me dérange pas de courrir en 1:10.000 ou en 1:15 000

Orientovar – La course d’hier, la course d’aujourd’hui. Quelle différence?

Thierry Gueorgiou – C’était complètement différent, des terrains très différents. Je dirais qu’hier c’était 70% de technique et 30% de course, et aujourd’hui c’est un peu l’inverse, c’était très dur physiquement, donc c’est bien. Et puis, aujourd’hui, c’était vraiment spécial de finir par un sprint. J’ai vraiment bien aimé, parce qu'on arrive ici, on est très fatigués par la partie en forêt, et ça a rendu le sprint beaucoup plus difficile. J’apprécie spécialement quand c’est organisé comme ça, dans de vieux villages. C’est toujours spécial et j’aime bien.

Orientovar – Pouvez-vous nous donner votre impression sur la cartographie de ce Meeting?

Thierry Gueorgiou – Sur la course d’hier, le terrain était très détaillé, c’est vraiment très difficile de faire une bonne carte. Je pense que la carte d’hier était très bonne. Peut-être qu’il y avait trop d’éléments, parce que même les petites pierres était marquées, mais ça ne me dérange pas, tant qu’il y a une certaine homogénéité dans la carte et que, bon, quand on trouve une petite pierre ici, 150 mètres plus loin on va aussi trouver à peu près la même pierre. Donc, ça c’est important. Je pense que la carte était très bonne, l’échelle était bien choisie, après… voilà… il y en a qui ont d’autres phylosophies, bon, je n’ai pas d’avis sur la question. Tant que la carte est bonne, ça ne me dérange pas de courrir en 1:10.000 ou en 1:15 000.


Vous avez vraiment beaucoup de terrains différents et je pense que c’est une chance

Orientovar – Cette question de phylosophie dont vous parliez, de trouver de différents styles de cartographie, c’est important pour faire un champion du monde, ou pas?

Thierry Gueorgiou – Oui, bien sûr. De toute façon, notre sport est basé là-dessus. Chaque fois c’est différent, chaque fois les terrains sont différents, donc il est très variable notre sport. Pour faire de bonnes performances, il faut être capable d’être flexible et d’avoir beaucoup d’expérience. Moi, j’ai beaucoup voyagé et puis, rien qu’au Portugal, vous avez vraiment beaucoup de terrains différents et je pense que c’est une chance.

Orientovar – Parlons un petit peu du Championnat du Monde qui va se dérouler dans votre pays. Je suis sûr que le relay du team de France vous est resté en travers de la gorge. L’année 2011 sera-t-elle, finalement, l’année de la consécration?

Thierry Gueorgiou – Oui, effectivement, le relay c’est un des mes grands objectifs en 2011. Après, voilà, ce qui s’est passé les années précédentes appartient du passé, je ne peux pas le changer. Donc, là j’arrive vraiment avec fraîcheur sur cet objectif-là, et je pense qu'avec les copains, on aura à coeur de faire une belle performance. Après, bon, c’est le sport, on ne sait jamais ce qui peut se passer, mais on va se préparer pour être performants.


Chaque fois le niveau du Portugal O' Meeting est très élevé

Orientovar – Et on va vous voir reconquérir le titre de Distance Moyenne et y ajouter les titres de Distance Longue et de Sprint?

Thierry Gueorgiou – Ce serait l’ideal, mais on sait déjà, entre l’idéal et la realité, des fois c’est différent. Je ne suis pas tout seul dans ma catégorie, il y a de très bons concurrents, il faudra que je sois très fort, donc je me prépare pour ça, et puis on verra.

Orientovar – Une dernière question, vous êtes le numéro 1 do ‘ranking’ mondial, vous avez gagné la course WRE du dernier Portugal O’ Meeting, il faut la gagner à nouveau cette année…

Thierry Gueorgiou – Ce ne sera pas très facile. Chaque fois le niveau du Portugal O' Meeting est très élevé. J’essaierai d’être performant comme l’année dernière. J’ai déjà fait une semaine de stage au tour d’Évora, je pense qu’on trouvera un peu le même type de terrain, un terrain assez rapide et puis des zones très détaillées. Même si étant en stage depuis une semaine déjà, je serai peut-être un peu fatigué… j’essaierai d’aller de l'avant quand même.


JOAQUIM MARGARIDO

Sem comentários: